Importance des parcs et jardins pour les habitants et la ville

Une personne sur trois vit aujourd’hui dans une grande ville loin de la nature. Le vert dans les parcs est souvent le seul contact avec la nature. Pour de nombreux citadins, les parcs sont la seule possibilité d’activités récréatives et de loisirs locales. Ils créent des espaces libres de détente, d’exercice et de rencontres. Ils ont de nombreuses fonctions pour la population urbaine. Les parcs, qu’ils prennent la forme d’une forêt, d’un espace paysager, d’un parc urbain ou d’un jardin, augmentent la qualité de vie et permettent aux gens de se sentir plus à l’aise en ville.

Importance des parcs et jardins pour les habitants et la ville

De plus, les activités de loisirs ont pris de plus en plus d’importance ces dernières années. Les parcs y jouent un rôle de plus en plus important. D’une part, les parcs sont un lieu de rencontre. On se retrouve entre amis et connaissances pour une promenade ou pour un barbecue et un pique-nique. D’autre part, vous pouvez faire du sport dans un parc, comme faire du jogging, jouer au football ou faire du vélo. Mais vous pouvez aussi vous promener ou promener le chien dans le parc. Ce ne sont là que quelques exemples, car la liste des possibilités de loisirs est interminable.

Les parcs offrent un équilibre aux problèmes urbains. Ils offrent un contrepoint au bruit, au confinement et à l’agitation urbaine et peuvent compenser des conditions de vie défavorables. Faire entrer la nature dans la ville peut atténuer les problèmes urbains. De nombreux parcs ont été créés pour ces raisons, comme le jardin anglais de Munich, qui a été créé il y a environ 200 ans en tant que jardin paysager et public. Ou Central Park à New York, qui a été créé il y a environ 150 ans en réponse à une population en augmentation rapide. Dans les deux cas, l’intention était d’apporter des structures paysagères dans la ville et de les intégrer. Le parc devrait fonctionner comme un espace naturel ouvert au milieu de la ville, le beau paysage, Découvrez la nature ainsi que le repos et la détente des fléaux de la vie quotidienne dans la grande ville. De tels espaces ouverts avec beaucoup de nature créent un contraste avec l’environnement bâti.

De nombreux parcs sont devenus une attraction simplement en raison de l’apparition de plantes et de bâtiments souvent centenaires. Il n’est pas rare qu’ils aient été créés par des paysagistes et des architectes reconnus à l’époque. Les différents parcs témoignent également d’une époque précise. Dans les installations plus anciennes, le mode de vie et les besoins des époques révolues se font sentir. Dans les parcs qui sont aménagés aujourd’hui, bon nombre des exigences d’aujourd’hui sont reconnaissables.

Avant tout, les parcs contribuent de manière significative à l’amélioration des conditions environnementales et du climat urbain. Les aspects écologiques comprennent l’amélioration du climat à l’aide de la végétation. Les jours de grande chaleur, il fait toujours plus frais en forêt qu’en ville. Les fluctuations de température n’y sont pas non plus si importantes, ce qui est perçu comme très agréable. La fonction des forêts et des parcs en tant que « poumons verts » s’applique particulièrement dans le domaine des grandes villes et des zones métropolitaines. Cela fait principalement référence à la formation d’oxygène, mais aussi à l’effet des feuilles en tant que filtre à poussière. Les plantes agissent comme des filtres en libérant de l’oxygène, en filtrant et en liant les particules de poussière.

Lisez aussi :  Mon jardin est-il prêt pour l'été ?

De plus, les plantes excrètent de l’humidité lorsqu’elles respirent, ce qui a un effet positif sur l’humidité dans le voisinage immédiat.
De plus, les parcs de la ville créent des zones de compensation pour les zones bâties et scellées.La végétation retient l’eau de pluie et la dirige vers le sol.
On peut donc dire que les parcs sont utilisés à des fins récréatives et sont importants pour le climat urbain. Une forte proportion d’espaces verts contribue également à l’image positive d’une ville et représente un facteur de localisation positif pour les entreprises et a donc également des effets économiques.

Définition des termes et subdivision

Mais qu’est-ce qu’un parc ou un parc exactement ? Il existe de nombreux types d’espaces ouverts dans la ville, y compris, par exemple, des terres en friche, des forêts, des lacs, des terrains de jeux et des terrains de sport, ainsi que des parcs au sens traditionnel. Tout d’abord, il y a ces espaces ouverts qui se caractérisent par une forte proportion de plantes et permettent le contact avec la nature à proximité de chez soi. De plus, ces espaces ouverts doivent être ouverts au public afin que les habitants de la ville puissent les utiliser.

En dessous se trouvent différents types d’espaces ouverts, qui sont résumés ici comme un parc. Premièrement, il y a le jardin, qui est un espace créé par l’homme et qui est généralement aménagé ou entretenu de manière très intensive. Deuxièmement, il y a le parc qui est généralement une zone plus grande et conçue et où l’entretien n’est parfois intensif que par endroits. Le parc est en quelque sorte un grand jardin de style naturel. Il est d’une nature idéalisée et tente d’accueillir les plus belles images de paysage reproductibles dans un espace limité. Troisièmement, il y a la forêt ou la forêt de la ville, qui est une plus grande zone couverte d’arbres, qui peut être plantée par les gens, mais n’a pas été créé ou soigné d’un point de vue esthétique. Il en va de même pour la zone paysagère, moins boisée. Il s’agit le plus souvent de grandes surfaces.

Les parcs peuvent également être différenciés selon leur taille, leur type et leur accessibilité. D’une part, il y a le parc central, qui est grand en termes de superficie et a une fonction importante pour toute la ville, et d’autre part, il y a le petit parc affecté à un quartier ou à une zone résidentielle. Certains parcs ont même une importance supra-régionale au-delà de l’ensemble de la ville et attirent également des personnes venues d’ailleurs (par exemple les jardins du château de Versailles). De toute façon, il ne peut y avoir qu’un seul grand parc dans la ville. Les petits parcs rapidement accessibles à proximité sont également importants. En d’autres termes, des parcs accessibles sans voitures ni transports en commun. Tous les emplacements de la ville, c’est-à-dire le centre-ville ainsi que la périphérie, devraient idéalement disposer de parcs accessibles.

Les parcs peuvent également être distingués en fonction de leur développement historique. Il existe de nombreux parcs plus anciens qui se sont agrandis au fil du temps et peuvent être des monuments d’époques révolues. Cela peut être, par exemple, le jardin du château médiéval, mais aussi un jardin paysager à l’anglaise. D’autre part, le parc ou jardin nouvellement créé, caractérisé par la nouveauté de sa plantation et le jeune âge de ses arbres.

Lisez aussi :  Mon jardin est-il prêt pour l'été ?

Ensuite, vous pouvez toujours distinguer dans quelle mesure le parc est accessible, car tous les parcs ne sont pas aussi librement accessibles. Il y a aussi des parcs qui sont clôturés et dont l’entrée est payante ou qui ne sont accessibles qu’à certaines heures d’ouverture.

De plus, les parcs peuvent également être distingués par le type de plantation et d’équipement ainsi que par l’effort d’entretien. Pour certains parcs, la conception et la qualité esthétique sont d’une grande importance, ce qui se reflète dans l’entretien et le type de végétalisation et de plantation.

Les parcs peuvent également être distingués d’un point de vue social, en fonction des personnes et des groupes qui visitent le parc. Le parc a-t-il une structure d’usagers plutôt hétérogène, dans laquelle se côtoient des personnes d’horizons culturels, biographiques et socio-économiques différents, ou domine-t-il une structure d’usagers homogène, dans laquelle les mêmes rencontrent les mêmes ?

Développement historique

Les premiers parcs de France sont les jardins des château et des monastères. Le parc était séparé de la « nature sauvage » environnante par des murs de protection. Dans le jardin du monastère il n’y avait qu’un usage agricole économique avec des plantes utiles ou le jardin avait plus une fonction symbolique. Le jardin du château médiéval, en revanche, était davantage un lieu d’activités sociales et une joie de vivre accrue.

Au fur et à mesure que le centre de la culture se déplaçait davantage de la campagne vers la ville, les parcs se déplaçaient davantage vers les villes, comme ce fut le cas avec les jardins de la période gothique. Des jardins ont d’abord été aménagés à proximité des résidences. Faute d’espace, ils ont cependant été déplacés hors des portes de la ville et y ont formé une ceinture verte. L’utilisation agricole des jardins était encore très dominante à cette époque. Néanmoins, de plus en plus de « jardins d’agrément » se sont développés au fil du temps, qui ont servi de loisirs et de détente. En dehors des villes, il y avait aussi des prairies qui servaient de champs de foire ou de tir à l’arc.

Des jardins de la Renaissance ont été créés en Italie, dans lesquels la zone du parc est combinée avec l’architecture pour former un tout. Au début du XVIe siècle, l’ampleur du développement des parcs dépendait de la richesse des villes. De magnifiques jardins sont créés dans les grandes villes commerçantes, les jardins patriciens. Ils servaient avec un riche équipement de représentation.

Avec la construction du complexe de Versailles à partir de 1661, le style baroque français a été inventé. Les caractéristiques de cela ont eu un effet dans toute l’Europe. Les caractéristiques principales étaient une séquence classique de château, parterre et bosquet, qui sont orientés vers un long axe traversant la forêt. Le parc a été conçu de manière représentative et géométrique dans le style baroque et a fourni un cadre pour les fêtes, les événements et les repas. Ce type de parc est aussi appelé « parc à la française » dans un style géométrique régulier.

Lisez aussi :  Mon jardin est-il prêt pour l'été ?

Le style a ensuite évolué vers des formes plus libres et plus irrégulières pour les allées, les pelouses et les plans d’eau. Le parc paysager à l’anglaise est créé. Originaire d’Angleterre, elle s’est répandue sur le continent européen à partir des années 1750. Le terrain est devenu plus dynamique et l’accent a été mis sur une végétation luxuriante. La caractéristique de ce parc paysager était des sentiers sinueux dans des paysages pittoresques avec beaucoup de nature idéalisée. Un style de conception irrégulier, semblable à la nature, domine dans ce parc.

La plupart des parcs ont été initialement aménagés principalement en dehors des villes, souvent sous forme de parcs de châteaux, de zoos ou de jardins paysagers à grande échelle. À cette époque, les gens étaient déjà très intéressés à découvrir la nature. Alors que la campagne s’éloignait de plus en plus, ces jardins offraient un substitut bienvenu, parfaitement adapté à la vie urbaine.

Avant l’industrialisation, la ville était de taille gérable et clairement délimitée de la campagne ouverte, mais au fil du temps, les zones de peuplement se sont étendues de plus en plus à la campagne ouverte. Pour les gens, la distance à la nature augmentait. Les villes n’étaient plus en mesure de répondre adéquatement à la demande croissante de loisirs « dans la nature ». Depuis le milieu du XVIIIe siècle, les zones résidentielles et de loisirs du centre-ville, telles que les parcs publics, les parcs municipaux et les forêts urbaines, sont de plus en plus créées. Avec le Volks- und Stadtpark, il y a eu un saut des parcs d’origine, qui étaient auparavant réservés aux riches, aux installations accessibles au grand public.

La nouvelle époque des parcs s’est également développée aux États-Unis au milieu du XIXe siècle. Les villes s’y sont développées très rapidement, et il était important de rapprocher la nature des citoyens. Central Park à New York, par exemple, est de cette période. Pratiquement aucune ville d’Allemagne n’a pu échapper à ce développement, et avec lui à la construction d’un parc urbain dans les localités de plus en plus densément peuplées. Les parcs sont devenus l’espace vert public de la ville. Au bout de cette chaîne de développement, il convient enfin d’évoquer ici la « ville verte », dans laquelle au lieu d’aménager des espaces verts individuels, l’accent est mis sur un concept urbain global pour tous les espaces verts. Des zones vertes de peuplement sont incluses dans la planification urbaine afin de les utiliser plus efficacement. le social